Innovation & TechnologiesLe monde de l'énergie

Le riz, une formidable source d’énergie électrique

Soyez attentif la prochaine fois que vous avez du riz dans votre assiette. Non seulement celui-ci a d’indéniables qualités nutritives mais il aurait également des capacités électriques.

Avant sa consommation, le grain de riz est séparé de son enveloppe protectrice que l’on appelle la balle. Cette balle, qui représente environ 20% du poids du grain, n’est pas consommée par l’homme ou les animaux et, en l’absence d’une filière pour l’éliminer, s’amoncelle autour des moulins à riz. Partant de ce constat, des ingénieurs indiens ont eu l’idée de mettre au point un procédé qui transforme ces écorces de riz en un combustible : le biogaz.

Un potentiel énorme

Un processus de gazéification permet en plusieurs étapes – séchage, combustion, pyrolyse et gazéification – de produire un gaz qui actionne des turbines en vue de générer de l’électricité. Ces petites centrales d’une puissance de 35 à 100 kW sont installées dans des lieux non desservis par le réseau électrique ou par des générateurs et où la quantité de cosses de riz est importante. Environ 1,5 kg de balles de riz génère 1 kWh d’électricité. Pour donner une idée de ce que cela représente, 1 kWh d’électricité, dans nos foyers, permet de regarder la télévision pendant 3 à 5 heures (selon la taille et la technologie du téléviseur), d’utiliser un ordinateur portable pendant une journée et demie, de lancer un cycle de lave-linge ou encore de rafraîchir un logement l’été pendant 30 minutes environ grâce à la climatisation. Un autre avantage de ce procédé est qu’il est 100% écologique : les résidus des balles de riz carbonisées sont utilisés pour fabriquer des bâtonnets d’encens.

Le potentiel de la balle de riz est énorme, surtout quand on connaît la masse importante produite par ce déchet agricole à l’échelle planétaire. Chaque année, il y aurait environ 140 millions de tonnes de balles de riz inutilisées dans le monde. Celles-ci pourraient être converties en 16.000 MW d’électricité. Des pays en Asie du Sud-Est et en Afrique ont d’ailleurs emboîté le pas à l’Inde et ont mis en place des centrales de biomasse alimentées principalement par du riz.

Quand la rizière deviendra centrale électrique

Et ce n’est pas tout ! La rizière elle-même pourrait produire de l’électricité. Quand les plants de riz poussent, ils synthétisent la matière organique par le processus de la photosynthèse et rejettent une partie des éléments transformés dans le sol et l’eau. Les rizières sont pleines de cette matière qui sert de nourriture à un grand nombre de micro-organismes dont le processus de digestion produit des électrons. En plaçant des électrodes négatives dans le sol des rizières et des électrodes positives dans l’eau, il serait possible de créer un courant électrique continu.

Des scientifiques néerlandais ont ainsi développé et commercialisé une pile à combustible capable de produire de l’électricité grâce à l’interaction entre les racines des plantes et les bactéries du sol. Le système permet de produire de l’électricité pour peu que la plante pousse dans un milieu saturé d’eau, que ce soit à grande échelle, comme dans une rizière mais aussi une mangrove ou une tourbière, ou simplement dans un pot installé dans un jardin. La technologie n’en est encore qu’à ses balbutiements mais ses promoteurs espèrent bien, d’ici quelques années, produire sur une surface de 100 m2 2.800 kWh par an, soit environ 80% des besoins en électricité d’un ménage moyen.

Des rizières bientôt transformées en centrales électriques, ce n’est certes pas pour demain mais ce n’est déjà plus une chimère. La nature, décidément, n’en finit pas de nous étonner…

Join the discussion

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.