Innovation & TechnologiesRéseaux & Infrastructures

A quoi servent les postes de transformation ?

Imaginer un monde sans électricité est aujourd’hui impensable, tant celle-ci est présente dans notre vie quotidienne. Pourtant, beaucoup d’entre nous ignorent que le courant électrique parcourt un long chemin avant de parvenir à notre domicile. Pour passer des grandes unités de production comme les centrales jusqu’aux consommateurs finaux, le courant doit en effet transiter par plusieurs types de lignes électriques qui se distinguent par leur niveau de tension : les lignes à très haute tension (220.000 volts), les lignes à haute tension (65.000 volts), les lignes à moyenne tension (20.000 volts) et les lignes à basse tension (230-400 volts).

De véritables nœuds du transport électrique

Pour permettre la transition et l’interconnexion entre ces 4 types de lignes électriques et assurer la transformation de l’énergie en différents niveaux de tension, le réseau électrique utilise des postes de transformation-répartition. Ces véritables nœuds du transport électrique reçoivent l’énergie électrique, la transforment et la répartissent soit vers des lignes électriques à tension plus basse, soit directement vers les industries et les grandes distributions communales (lignes à haute tension), les PME, villes et villages (lignes à moyenne tension) ou les consommateurs finaux (lignes à basse tension).

Tous ces postes de transformation n’ont pas bien entendu la même taille et ne se trouvent pas aux mêmes endroits. Au plus le voltage sera bas, au plus le poste de transformation sera petit et proche des bâtiments à fournir en électricité.

Quelle que soit leur taille, tous ces postes de transformation fonctionnent de la même manière. Au cœur du système se trouve le transformateur, un élément statique composé de deux circuits : l’un primaire, l’autre secondaire. Ces deux circuits sont séparés électriquement, mais couplés magnétiquement. Chaque circuit est composé d’une grande bobine enroulée autour d’un noyau de fer mais dans des proportions différentes : la bobine primaire contient davantage de spires que la secondaire. Lorsque le courant électrique arrive dans le transformateur, il passe à travers la bobine primaire, un flux électromagnétique se crée et le courant est transféré dans la bobine secondaire. Etant donné que les proportions de deux bobines sont différentes, la tension est abaissée. La chaleur produite par les bobines et le circuit magnétique est évacuée par une huile isolante.

Priorité à l’esthétique et à la technologie du poste blindé

Il existe actuellement deux types de technologies utilisées pour la construction des postes de transformation. La première est la technologie isolée dans l’air (Air Insulated Substation ou AIS), dite conventionnelle. Les conducteurs électriques sont séparés par une distance d’air qui en assure l’isolation. Elle présente comme inconvénient majeur d’exiger une surface très grande pour implanter les différentes parties. Elle n’est pas donc pas très adaptée pour les zones urbaines.

C’est pourquoi de nombreux gestionnaires de réseaux d’électricité, dont Creos, privilégient de plus en plus les postes de transformation blindés. Même si leur coût de fabrication est nettement plus élevé, ceux-ci sont plus compacts, se fondent plus facilement dans l’environnement et ne dégradent pas l’esthétique du lieu où ils sont implantés. Dans ces installations dites GIS (Gas Insulated Substation), les conducteurs électriques sont encapsulés dans une enveloppe métallique mise à terre et remplie d’un gaz isolant, l’hexafluorure de soufre (SF6).

Les GIS présentent également d’autres avantages par rapport à la technologie traditionnelle. Moins d’entretiens et plus fiables : les matériels sont protégés contre les agressions de l’environnement.

Join the discussion

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.