Le monde de l'énergieRéseaux & Infrastructures

L’e-mobility avance à grands pas au Luxembourg

Ce n’est un secret pour personne : l’avenir des moyens de transport appartient à la mobilité électrique. Dans un futur plus ou moins proche, les bornes de recharge pour voitures électriques auront remplacé les traditionnelles stations d’essence.

Au Luxembourg, le règlement grand-ducal du 3 décembre 2015 relatif à l’infrastructure publique liée à la mobilité électrique, complété par le règlement ministériel du 5 février 2016 fixant un plan d’implantation général, prévoit l’installation et le raccordement d’ici 2020 de 800 bornes de recharge sur tout le territoire.

Dans moins de 5 ans, plus d’une centaine de bornes publiques (102 pour être précis) seront installées sur les parkings publics de la Ville de Luxembourg et chacune des 105 autres communes du pays aura au moins une borne.

Deux types de bornes

La moitié des 800 bornes seront placées dans les P+R et les parkings de covoiturage selon un phasage très précis (50% de sites opérationnels en juillet 2017, 80% en juillet 2019 et 100% fin 2020). Dans ces parkings de longue durée, les bornes fonctionneront en mode normal, 2 x 3,7kVA (minimum) (230V/16A), soit 8 heures au maximum pour une recharge complète.

L’autre moitié des bornes sera construite sur les emplacements de stationnement public et les parkings publics (25% seront opérationnels en juillet 2017, 60% en juillet 2019 et 100% fin 2020). A contraire des bornes placées dans les parkings-relais, celles-ci fonctionneront en mode accéléré, 2 x 22kVA (400V/32A), soit environ 2 heures de recharge pour faire « le plein ».

Un défi de taille

Le challenge est d’importance, et notamment pour Creos. En tant que principal gestionnaire du réseau d’électricité du pays, celui-ci assurera le déploiement, l’exploitation et la maintenance de l’infrastructure de charge publique sur son réseau de distribution, soit un total de 749 bornes sur les 800 prévues d’ici 2020.

Le financement sera pris en charge par les gestionnaires de réseaux sur leur territoire respectif. Leur coût sera pris en compte dans le calcul des tarifs d’utilisation des réseaux.

Les bornes faisant partie d’installations privées, comme celles étant la propriété de commerces et grandes surfaces, et les bornes publiques existantes installées par les administrations communales et les gestionnaires de parkings publics peuvent également être raccordées à ce nouveau réseau public géré sous la responsabilité des gestionnaires de réseaux par un opérateur commun unique pour tout le pays.

Un réseau de distribution intelligent

En parallèle du déploiement des bornes, un réseau de distribution intelligent permettra de piloter tous ces nouveaux points de livraison. Il servira à transmettre les données entre les bornes et les fournisseurs grâce à un compteur intelligent, le smart meter, et permettra de réguler en temps réel les variations de production et de consommation. Les particuliers pourront recharger leur voiture électrique sans sur-solliciter le réseau.

Un système de paiement uniforme

Concrètement, comment ces bornes vont-elles fonctionner ? « Chaque borne comprendra deux points de charge, incluant un compteur d’électricité et une prise aux normes européennes, pour recharger deux voitures simultanément, un lecteur unique de badges RFID, un interface utilisateur et un espace publicitaire », précise Alex Michels, Head of Regulation and Customers chez Creos. Les clients auront le choix du fournisseur d’électricité et s’acquitteront de la facture par un système de paiement uniforme via une carte magnétique semblable à une carte de crédit.

Quant au prix ? « Vous paierez un prix par kWh semblable à votre électricité à domicile », conclut Alex Michels. « Le prix pourra un petit peu varier d’une année à l’autre mais ce sera en tout cas nettement plus bas que l’essence ou le diesel. »

Kangoo_Creos

Join the discussion

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.