Innovation & TechnologiesSmart Grid

Comment le Big Data va modifier notre manière de consommer l’énergie ?

Tout le monde connaît le Big Data (que l’on peut traduire par megadonnées ou données massives). Ce nouveau domaine technologique a été développé par des géants de l’Internet comme Google ou Facebook pour faire face à l’explosion quantitative (et souvent redondante) de la donnée numérique. Il regroupe une famille d’outils informatiques qui ont pour objectif de traiter à une fréquence très rapide un volume très important de données provenant d’une multitude de sources différentes.

Des compteurs plus intelligents

Les perspectives de traitement de ces données massives sont énormes. De nouvelles manières d’explorer l’information et de prévoir l’avenir vont désormais être possibles dans des domaines aussi divers que la météorologie, la sociologie, la gestion des risques, la lutte contre la criminalité, l’écologie… ou encore la gestion des réseaux énergétiques.

Bientôt, les réseaux de distribution et les fournisseurs d’électricité et de gaz deviendront des gestionnaires de données grâce aux réseaux et aux compteurs intelligents (smart grids et smart meters). D’ici à 2020, 95% des foyers luxembourgeois seront équipés de ces types de compteurs. Capables d’enregistrer et de recevoir des données à des fréquences très rapprochées, ces compteurs nouvelle génération enverront une masse d’informations qui, une fois traitées, permettront une consommation mieux maîtrisée de l’énergie. Les fournisseurs pourront désormais éditer des factures sur base de la consommation réelle et non plus sur base d’acomptes estimés, réaliser des prévisions plus fines, optimiser leurs achats énergétiques et proposer à leurs clients des tarifs plus flexibles. Quant aux gestionnaires de réseaux, ils pourront mieux répartir l’énergie en fonction des besoins.

Des consommateurs mieux informés et plus impliqués

Mais c’est surtout sur le comportement des consommateurs que le Big Data pourrait avoir un impact déterminant. Dans un futur proche, les objets connectés à Internet (l’Internet des objets) feront leur apparition dans les logements devenus intelligents. Ces objets du quotidien sont des biens, des machines, des habitations, des plantations, des sols… sur lesquels on place des capteurs capables de transmettre de l’information. Ces informations captées, puis traitées devraient permettre de mieux rationaliser nos modes de consommation et de vie.

Ainsi, des thermostats intelligents pourront réguler automatiquement votre consommation domestique en collectant des données dans votre environnement – géolocalisation, ensoleillement, vent, température extérieure – et dans vos habitudes de vie. Il pourra ainsi baisser ou monter la température aux moments opportuns. Si vous partez faire un jogging un samedi après-midi sur deux, le thermostat le comprendra et agira en conséquence.

Des modèles informatiques de simulation de l’habitat seront bientôt susceptibles d’évaluer l’impact de l’isolation de chaque logement particulier, la conception des fenêtres, la configuration des systèmes de chauffage et de climatisation, les thermostats et plus encore. En fonction des résultats, ces modèles pourront proposer des modifications spécifiques pour vous aider à atteindre vos objectifs en matière d’économie d’énergie et déterminer quels types de produits et de services répondraient le mieux à vos besoins.

Combinés avec des données comportementales, ces indicateurs personnalisés du domicile constitueront une foule d’informations utiles qui, traitées judicieusement, permettront aux fournisseurs d’énergie de proposer des programmes et des services très ciblés. Les consommateurs recevront uniquement des messages pertinents, ultra-personnalisés, proposant des suggestions et des offres correspondant à leurs besoins réels.

Et le respect de la vie privée ?

Mieux informés, plus impliqués, les consommateurs seront également plus économes. D’après de récentes études, rien qu’avec l’usage généralisé du thermostat intelligent, les dépenses énergétiques inutiles seraient déjà réduites de moitié !

Reste l’épineux problème du respect de la vie privée. Certaines données énergétiques pourraient en effet relever de la vie privée. Au Luxembourg, pour prévenir l’exposition, le vol ou le piratage des données personnelles dans le réseau intelligent, toutes les données de consommation transiteront de manière cryptée par une plateforme nationale vers les gestionnaires de réseaux, puis aux différents fournisseurs d’énergie.

Join the discussion

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.